L'écrin à bijoux de la culture et du Luxe

Juste le temps de s’épiler !

On l’arrache, on le coupe, on le brûle…Depuis l’Antiquité (au moins) le poil est symbole d’impureté et d’animosité ! Alors on tente de le dompter comme une mauvaise herbe qui repousse toujours.

Les premières traces d’outils créés par l’homme ayant pu servir à l’épilation, comme des pinces à épiler rudimentaires, ont été retrouvées dans des sépultures datant de la préhistoire. Mais c’est à partir du 3ème millénaire avant Jésus Christ que semble s’être développée une véritable culture de l’épilation, notamment sous l’influence des croyances religieuses de l’époque. L’idée étant de ne plus avoir un poil sur le menton afin de faire tenir un postiche. Le postiche de barbe était considéré comme l’attribut des dieux.

Dans l’Égypte ancienne, hommes et femmes s’épilent. Des cheveux en passant par les aisselles, jusqu’au pubis. Avec différentes méthodes car l’épilation est symbole de pureté du corps mais réservé aux couches supérieures de la société.

Il faut attendre 500 ans avant Jésus Christ pour que l’épilation se démocratise à toutes les couches de la population. Riches ou pauvres, libres ou esclaves, les femmes s’épilent les aisselles, le pubis et les jambes.

Si cette tradition puritaine fut importée en Occident, elle fut également très vite adaptée aux mœurs locales. Loin d’être uniquement culturelle, elle devint surtout esthétique bien que la question de l’épilation chez la femme s’avère également relever de l’hygiène.

Et enfin ! Nous voilà au 20e siècle. Deux faits marquants se produisent à cette époque : l’apparition du cinéma et la première publicité pour un rasoir adapté aux femmes. Cette pression des pairs chez les femmes, s’explique notamment par le refus quasi-total de l’industrie cinématographique de présenter des poils devant la caméra (refus qui prend même un caractère légal en ce qui concerne la pornographie, et oui !). Les idoles des fans n’étant pas poilues, les femmes cherchèrent rapidement à les imiter, et les hommes les y encouragent

Symbole de modernité, la femme qui s’épile est une femme qui prend soin d’elle-même. Cette norme étant acceptée à la fois par les hommes et par les femmes (en ce qui concerne l’épilation féminine), il est rare de voir des dames revêtir un duvet sous le nez, des poils sous les aisselles et des jambes velues.

À ce titre les techniques ont très vite évolué afin de satisfaire la soif d’épilation que les femmes nourrissent, surtout à l’approche de l’été. Rasoir, pince et cire sont les méthodes classiques mais le laser et les épilations permanentes se développent également malgré leur coût élevé.

Depuis quelques décennies, l’épilation est devenue une norme sociale intégrée. Ce qui signifie que l’acte d’épilation est considéré comme « normal », au même titre que le fait de se laver et n’est donc pas une seule seconde remis en question.

Et ce même si ressembler à un bébé relève du jeunisme …

The Marquise

Partager cet article

Next Post

Previous Post

1 Comment

  1. Cédric mai 14, 2017

    Osé, éducatif et d’actualité:
    Un article « au poil » chère Marquise!

Leave a Reply

© 2017 Marquise & The Moon

Theme by Anders Norén