L'écrin à bijoux de la culture et du Luxe

la mode androgyne

 

Il y a plus de 100 ans, Gabrielle Chanel allait devenir la libératrice du corps de la femme et de son corset étriqué. Yves Saint-Laurent, celui qui allait accompagner les grands mouvements féministes en leur dessinant des vêtements autrefois réservés au patriarche, sortait il y a cinquante ans sa première collection.

Aujourd’hui, nouvelle tendance qui pourrait bien à son tour révolutionner l’imagerie du genre de nos sociétés.

Homme ou femme? Difficile parfois d’établir clairement le sexe d’une personne que l’on voie sur papier glacé. Ces personnes, dites “androgyne”, jouent avec leur apparence et se présentent sous des traits et des styles tantôt masculins, tantôt féminins pour le plus grand bonheur des enseignes qui font le choix de cultiver le mystère…

Cela fait plusieurs années que l’on savait que la mode était à l’unisexe. La silhouette des années 2000, c’est incontestablement celle imaginée par Hedi Slimane, directeur de création chez Dior Homme. Son look rock aura donné aux jeunes de cette décennie un terrain d’entente pour les garçons et les filles. Le blazer, le slim, les derbys… Mais le début des années 2010 va plus loin, et annonce la décennie de l’androgynie.

C’est une révolution à plusieurs vitesses. Le premier degré du changement de l’image du genre dans la mode, c’est la multiplication ces dernières années des top-models transsexuels. American Apparel a créé le buzz en 2012 avec son opération Gay O.K., t-shirts en faveur du mariage homosexuel distribués gratuitement. Sur la campagne d’affichage accompagnant l’opération, on peut voir le désormais célèbre top-model américain Isis King, née homme aux Etats-Unis, participante de plusieurs éditions de l’émission américaine « America’s Next Top-Model ».

L’utilisation de ces mannequins transsexuels est déjà en soi une remise en question du genre, en cela qu’elle remet en cause sa définition essentialiste qui associe genre et sexe biologique, mais ne va pas plus loin dans la définition du genre en soi. On conserve les catégories, l’homme et la femme, bien que l’on admette que l’un peut devenir l’autre…

Et pour les célébrités comme Davie Bowie ou le mannequin Adrej Pejic, cette différence sert leurs intérêts. Car le style androgyne, qu’il soit volontaire ou non, leur offre une particularité supplémentaire sur laquelle ils ont d’ailleurs parfois bâti leur fond de commerce.

Mais ce qui fait le bonheur des uns ne fait pas forcément celui des autres, et dans la vraie vie, assumer son androgynie n’est pas toujours évident. Mais ce n’est pas le propos ici.

The Marquise

Partager cet article

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Marquise & The Moon

Theme by Anders Norén