L'écrin à bijoux de la culture et du Luxe

Le rare métier de maître-plisseur

Le plisseur possède un savoir-faire rare ! Couturier dans l’âme, il s’applique à plier le tissu pour lui donner un relief particulier conférant ainsi à la pièce un aspect d’œuvre d’art textile. Cet artisan peut donner au vêtement de multiples formes à condition de respecter quelques règles essentielles.

En jeux d’ombre et de lumière, apparitions, disparitions, l’art du pli a ses adeptes depuis les premiers Égyptiens et les chiton de la Grèce antique. Il trouve son apogée avec les artistes de la Renaissance et revient en force avec le pliage ludique ou religieux de l’origami, puis dans les vêtements de Mariano Fortuny à Venise au début du XXe siècle.

À partir de 1935, madame Grès en fit sa marque de fabrique, et, plus récemment, Issey Miyake. Dans les années 1950, la haute couture utilise les moules des plisseurs pour fabriquer des plissés plats, soleil, accordéon, Watteau… Les ateliers ont fermé petit à petit et ces fragiles moules de fin carton dorment dans de poussiéreuses réserves.  Un artisan de haut vol s’est inspiré de ces formes subtiles après avoir racheté un fonds d’atelier comportant huit cents différents modèles qui l’ont émerveillé et inspiré pour en créer de nouveaux.

Pietro Seminelli est maître plisseur nommé Maître d’Art en 2006. Avec une grande dextérité, il sculpte les fibres pour faire naître des pièces uniques toute en transparence qui tamisent la lumière. D’abord formé au métier de menuisier-ébéniste, puis à celui d’architecte d’intérieur, il découvre sa véritable vocation en travaillant sur Madame Butterfly, l’opéra de Puccini à l’occasion de son diplôme d’arts appliqués.

Pietro Seminelli a su transposer les techniques du pli, associées à la haute couture, à l’univers de la décoration d’intérieur. En 2005, il crée donc son atelier Artesina par le biais duquel il intervient dans des chantiers d’exception tels que des musées ou des boutiques de luxe.

Ce travail manuel, il l’assimile « à une forme d’origami », mais Plisseur c’est un métier car il faut aussi créer des moules à plisser.. Il préfère  d’ailleurs le nom de plieur car on plie directement le papier ou le tissu à la main. C’est à chaque fois une création unique car le tracé est perdu.

Engagé dans une démarche d’innovation technologique, il fait évoluer son métier de plisseur en transposant et en adaptant son savoir-faire à d’autres domaines d’application tels que la céramique, le revêtement mural, l’objet d’art, le luminaire, l’accessoire couture, la passementerie, etc. Il a récemment fait l’acquisition d’un fond patrimonial de moules à plisser haute couture et de matériel numérique pour mettre au point de nouveaux produits (faïences, carrelages et revêtements muraux).

Aujourd’hui, Pietro Seminelli collabore avec de grands architectes d’intérieur comme Peter Marino, l’architecte phare de la maison Chanel. Cette collaboration lui permet d’habiller les boutiques du couturier à travers le monde de New-York à Shanghai. Il travaille également pour des hôtels, musées, mais aussi avec des particuliers et collectionneurs.

Un incroyable « petit métier » du Luxe…

The Marquise

 

 

Partager cet article

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Marquise & The Moon

Theme by Anders Norén