L'écrin à bijoux de la culture et du Luxe

L’horlogerie Suisse, grandeur et cadence

Swatch, Rolex, Patek Philippe, Omega, Breitling, Tissot, … autant de marques de montres mondialement connues ayant ceci en commun : elles arborent fièrement le Swiss Made. Comment l’un des plus petits pays du monde peut-il abriter les plus grands horlogers de la planète ? Depuis des siècles, la Suisse est connue dans le monde entier pour ses montres. Mais cela n’a pas toujours été ainsi : aux débuts de la mesure mécanique du temps, au 14e siècle, la Suisse de l’époque restait loin à la traîne.

L’horlogerie suisse s’est développée dans l’Arc jurassien de Genève à Schaffhouse au XVIIe siècle, par l’émigration d’ un grand nombre d’artisans huguenots, suite à la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV. Ils y trouvèrent un environnement paisible et une main-d’œuvre possédant les vertus propre à l’horlogerie : minutie, patience, persévérance, « cœur à l’ouvrage », droiture et une religion réformée prépondérante propre à la recherche technique et au commerce.

Jean Calvin, installé à Genève en 1536, interdit aux habitants, au nom de la morale protestante, de porter des bijoux, accessoires de séduction superflus. Les joailliers genevois, profitant du savoir-faire de ces huguenots, se reconvertissent dans l’horlogerie et incrustent les montres de pierres précieuses. Ces montres échappent à la notion de bijou de Calvin et dès lors peut se développer l’horlogerie de luxe…

La production de montre se fait chez des horlogers indépendants qui doivent ajuster à la main chaque pièce particulière constitutive du mouvement, généralement produite auprès d’une multitude de tout petits ateliers spécialisés.

Au milieu du XIXe siècle, arrive la Révolution industrielle.

L’industrie horlogère suisse devint de plus en plus prospère au fil du 19e siècle. Au milieu, elle avait dépassé les Anglais et même supplanté les principaux fabricants de montres à travers le monde. Les premiers concurrents de la Suisse firent leur apparition dans la deuxième moitié du 19e siècle, quand les fabricants de montres américains commencèrent à produire des composants. Les conséquences furent désastreuses pour l’industrie horlogère suisse : en l’espace de 10 ans, l’exportation de montres suisses vers les États-Unis baissa de 75%. Ce fut un coup dur pour les producteurs suisses qui réagirent à l’évolution du marché avec la fabrication industrielle en mécanique de précision des pièces détachées.

Au début du 20e siècle, les horlogers suisses équipèrent leurs montres de fonctions supplémentaires, comme le calendrier ou le chronomètre. Les remarquables innovations dans le domaine de la mécanique et de la fabrication permirent à la Suisse de relancer sa production de montres. Les horlogers suisses étaient de retour et occupèrent pendant des décennies la place de leader mondial du secteur.

La Suisse passa à côté de la plus grande révolution du 20e siècle dans l’industrie horlogère !! Bien que la première montre à quartz ait été développée au Centre Electronique Horloger (CEH) en 1967 à Neuchâtel, les sociétés suisses n’ont pas su tirer profit de cette innovation. On a laissé à d’autres le soin d’améliorer la technique ; les Japonais et les Américains surtout firent de gros efforts, alors que les Suisses concentraient toutes leurs forces sur le développement et l’amélioration des montres mécaniques. Alors que l’évolution des montres à quartz faisait baisser dramatiquement la demande en montres traditionnelles, il semblait que la dernière heure avait sonné pour l’industrie horlogère suisse au milieu des années 70.

De manière inattendue, l’industrie horlogère suisse réussit cependant son retour à la pointe du marché mondial : un conseiller économique réinventa la montre ; la montre en tant qu’accessoire de mode était née. La Swatch, la montre à quartz digital qui combine grande qualité et prix bas, a été présentée pour la première fois au public en 1983 et copiée des millions de fois depuis lors…

La Route de l’horlogerie créée à l’aube du 21e siècle s’étend sur 200 km et comprend 38 étapes. Elle emmène les visiteurs en pèlerinage dans les manufactures horlogères les plus célèbres et les musées spécialisés, où l’on peut découvrir les secrets de cet art et admirer certains chefs d’œuvres de l’art horloger.

Il doit être facile d’y perdre la notion de temps.

The Marquise

Partager cet article

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Marquise & The Moon

Theme by Anders Norén