L'écrin à bijoux de la culture et du Luxe

Quand la Marquise rencontre Madame Voltaire !

Au grès des rencontres il n’est pas rare de tomber sur des artistes d’un autre genre. Des artistes en devenir ou qui réalisent enfin ce qu’ils sont au fond d’eux. Récemment l’un d’entre eux a su attirer l’attention de la Marquise qui ne rechigne jamais lorsqu’il s’agit de meubler son palais d’art. Au sens figuré bien sûr !

Bonjour Fred peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

J’ai 35 ans et j’élève un petit garçon de 3 ans avec l’homme de ma vie. Je suis née en Ardèche mais 50% de culture Manouche par mon père. A l’origine, je suis coiffeuse de profession mais quelques-uns d’entre vous ont pu me voir à la télé notamment dans une téléréalité en 2009, mais aussi des reportages et une série policière. Cette parenthèse « sous les spotlights » de ma vie m’a permis de me découvrir et d’oser avoir des ambitions.

Un côté artiste depuis toujours donc ?

Tout a commencé avec les cheveux ! Défilés et coiffures artistiques faisaient partie de ma vie professionnelle. Ce qui revient à dire que j’ai toujours été une manuelle avec un goût prononcé pour ce qui est stylistique. En réalité j’aurais aimé être dans une école de stylisme mais je n’avais pas les moyens financiers de pouvoir concrétiser cette volonté. J’aime sincèrement embellir ce qui me passe dans les mains et tout particulièrement les objets.

Comment t’es venue l’idée des fauteuils ? Et de ce style ?

L’idée m’est venue en tombant amoureuse… d’un fauteuil voltaire, lors de vacances en famille chez des amis à Grenoble. J’ai littéralement craqué sur la « forme » qui m’était inconnue jusqu’alors. Instinctivement j’ai juste voulu en faire une pour moi car en voyant les prix à la vente j’ai su que je n’en aurais pas un de si tôt. Car ce sont de vrais fauteuils de luxe ! (pas moins de 600 euros) .

J’ai donc décidé de faire le mien en mode défi ! Et cela a rapidement prit de l’ampleur dans ma tête car je me suis sentie parfaitement capable de réaliser cette tâche artisanale. Du coup, pourquoi ne pas en faire pour les autres ? Et enfin travailler pour moi ! Faire quelque chose de pas commun, des pièces uniques pour des amateurs du « fait main » …

En plus du côté créatif tu utilises les techniques des restaurateurs et des empailleurs ?

Bien obligée ! C’est avant tout la restauration d’un vieux fauteuil qui a fait son temps. Souvent acheté en brocantes ou trouvé dans des débarras si ce n’est pas sur internet. Il y à donc, le désossage complet, le ponçage des boiseries, le rempaillage des dossiers, assise et accoudoirs, le sanglage, l’habillage, le cloutage, les finitions ! Le travail dure des heures ! C’est simple ma première créations m’a prit un mois. Maintenant je peux dire que j’ai gagné 30% de temps avec l’entrainement et la dextérité qui s’affute.

La profusion des idées de déco à l’air infinie !

C’est un peu le reflet de ce que je suis ! Le goût pour plein de styles différents, inclinables a l’infini mais aussi au fur et a mesure des tendances et des rencontres je trouve de plus en plus d’idées. Et puis a force de chiner on trouve des inspirations insoupçonnées.

As-tu déjà des idées de développement pour ta marque?

Le brevet vient d’être déposé, je suis vraiment à l’aube de cette nouvelle activité. Mais le développement a commencé car je me met à peine à diffuser sur les réseaux et à utiliser le bouche a oreille dont je ne suis pas déçue car je connais beaucoup de monde.

Dans un second temps la création de mon atelier est très importante et qui sait pourquoi pas l’ouverture d’une boutique.

Et puis tiens, pourquoi pas devenir une référence dans le milieu artistique et exposer !

En tout cas, pour l’instant je travaille à la demande et mon carnet de commande est déjà plein alors que je suis seule avec mes deux mains !!

Le segment Luxe est ta cible car les prix sont plutôt élevés ?

Le prix dépend de la finition du fauteuil, le bois, les détails ainsi que le temps passé, ce qui revient a des objets plutôt chers, oui. Mais en général ces styles de fauteuils se retrouvent dans des grands restaurants ou des châteaux hôtels et les miens se retrouveront peut être au sein de grandes enseignes. Levi’s Store m’a déjà approché. Je mise sur des pièces uniques avec numéro de série et telles des œuvres d’art le prix pourrait évoluer avec la demande.

D’autres modèles en perspective?

Pour l’instant je suis tellement focalisée et j’ai tellement d’idées pour les voltaires en particulier que je n’ai pas encore l’envie de m’attaquer à d’autres formes. Je veux vraiment me faire connaître sur ce modèle. On verra bien, mais je reste ouverte !

En outre, je peux vous dévoiler que je vais faire des « mini voltaires » pour les enfants. Ici la création sera totale car les structures n’existent pas. A voir comment l’idée sera reçue mais je suis impatiente de m’y atteler.

17918398_10208951375757429_1311131936_n

Pour contacter Fred Sarah – Madame Voltaire – Et avoir plus de renseignements sur son actualité, rendez vous directement sur sa page Facebook !

The Marquise

Partager cet article

Next Post

Previous Post

Leave a Reply

© 2017 Marquise & The Moon

Theme by Anders Norén